Vues : 293

1. Qu’est-ce qu’un rituel managérial ? Pouvez-vous donner des exemples ?

Un rite détaille le contenu, la périodicité et l’ordre prescrit des cérémonies qui se pratiquent dans une religion ou dans une société. En entreprise, les rituels managériaux sont des moments d’animation clés de l’équipe qui permettent de :

  • Poser le cadre
  • Organiser les décisions, les actions et piloter l’activité
  • Se sentir appartenir et exister
  • Pouvoir s’exprimer
  • Reconnaître l’importance des étapes franchies

Parmi les rituels les plus connus, on peut citer, au niveau individuel, l’entretien annuel de progrès, l’entretien de pilotage de l’activité, la formation sur le tas, …et au niveau collectif, la réunion d’équipe, plus rarement, le séminaire d’équipe.

Les rituels managériaux sont essentiels pour la motivation et la performance et font partie intégrante du management participatif. Ils permettent à la fois aux collaborateurs de se motiver et d’être proactifs, et à l’équipe de développer son intelligence collective. Ce sont de puissants espaces d’animation, de dialogue, de prise de recul et de créativité, à condition qu’ils ne tombent pas dans la routine ou l’excès de formalisme.

2. En tant que manager, en quoi est-ce important d’instaurer des rituels avec son équipe ?

Le manager se doit, dans le cadre du rythme annuel institué par le MPO (Management Par Objectifs) d’établir son plan de management.

Ce plan est la déclinaison concrète des objectifs fixés par la hiérarchie au manager. Il fait le rappel du sens d’action de l’équipe / du service, et établit les règles de fonctionnement et les facteurs de motivation individuels et collectifs qui vont permettre d’atteindre les objectifs. Le socle du plan de management est constitué par les rituels qui vont soutenir l’atteinte des objectifs tout au long de l’année. Le rituel est la base du processus managérial en ce qu’il lui donne le rythme nécessaire à l’activité.

Par exemple, dans le plan de management, on trouve l’affectation de chaque collaborateur aux différentes activités du service avec les attendus en matière d’objectifs de performance : cette déclinaison sera soutenue et rendue effective par l’entretien annuel de progrès relayé par des entretiens de suivi mensuels ou trimestriels.

Les rituels sont donc le souffle du management par objectifs car ils vont permettre de responsabiliser les collaborateurs sur l’atteinte de leurs objectifs, de les motiver et de les piloter de manière individuelle et collective.

Le problème est qu’aujourd’hui, pour nombre de managers (et de collaborateurs d’ailleurs !), les rituels sont souvent vécus comme un pensum et ont perdu leur sens et leur efficacité. Non seulement le manager doit instaurer des rituels managériaux, mais il doit les animer selon les règles de l’art, en faisant le lien régulièrement avec les objectifs annuels et pluriannuels. C’est à cette condition qu’il pourra en faire un véritable outil de management.

3. Certains types de rituels sont-ils à privilégier selon l’équipe, la culture de l’entreprise, les objectifs attendus ?

Il existe des rituels incontournables et notamment l’entretien annuel d’évaluation avec chaque collaborateur et la réunion de service. Toutefois, il existe d’autres rituels essentiels pour donner du rythme et du sens au management, tels que le feed-back régulier, le séminaire annuel avec l’ensemble des équipes ou le processus d’accueil et de gestion des départs des collaborateurs.

Ces rituels devraient être en place quelle que soit la culture d’entreprise. On note d’ailleurs des lacunes sur la présence des rituels. Par exemple, l’entretien annuel de progrès est rarement relayé, pendant l’année, par des entretiens de suivi de l’activité du collaborateur. Dans la continuité, les managers ont du mal à comprendre l’importance des rituels pour déléguer et piloter leur service.

Certains rituels peuvent toutefois être ajoutés au socle de base dans la mesure où ils sont orientés sur des objectifs opérationnels précis. C’est par exemple le briefing hebdomadaire d’une équipe de vendeurs, ou bien encore, un débriefing de double-écoute entre un téléconseiller et son superviseur. C’est la visite d’un site ou d’une agence par un Directeur Régional. Ce sont aussi les groupes de parole mis en place dans certains contextes pour prévenir les risques psychosociaux.

Cela dit, mieux vaut sérier les rituels à des entretiens et des réunions d’équipe réguliers. Car ce n’est pas au nombre de rituels que le manager va faire progresser son équipe mais grâce à sa posture et à ses compétences pour conduire les rituels :

  • savoir animer un entretien individuel, de développement, de recadrage ou faire un feed-back : disposer d’une trame efficiente d’entretien tout en développant ses capacités relationnelles (écoute, empathie, …)
  • Conduire une réunion d’équipe en délégant aux collaborateurs son animation ou la rédaction du compte-rendu, être en capacité d’amener l’équipe à se réguler par elle-même au niveau de ses modes de fonctionnement.

4. Les managers ont peu de temps, quel(s) conseil(s) leur donnez-vous pour mieux organiser leur temps managérial autour de rituels individuels et collectifs ?

L’agenda idéal d’un manager pourrait se résumer en :

  • 25% d’activités techniques
  • 25% d’activités externes
  • 50% de management.

L’agenda d’un manager bien organisé est à 50% constitué de rituels managériaux, dans la mesure où s’est durant les rituels que se fait le management :

  • Travail sur les dossiers clés,
  • Pilotage de l’activité de chaque collaborateur,
  • Coordination / Communication
  • Résolution de problème
  • Délégation,…

Plus le management est rythmé, donc ritualisé, moins le manager subira l’urgence sur les dossiers. Il faut donc savoir donc prendre le temps d’instituer des rituels managériaux, pour pouvoir en gagner.

Retrouver l’article